Comment auditer son système d'information à Paris ?

Comment auditer son système d’information

Les organisations d’aujourd’hui doivent toujours être à l’avant-garde, toujours au rythme des mouvements générés par le marché, ainsi que des avancées technologiques et de l’économie, par conséquent, une entreprise doit être en mesure de gérer toutes sortes d’informations qui favorisent leur croissance et leur stabilité.

La gestion de l’information n’a pas toujours été un travail facile, surtout de nos jours où l’information est générée par seconde et en grande quantité, une organisation doit apprendre à gérer l’information qui est générée ou qui vient de partout, à la fois en interne et en externe, par exemple, les informations qui peuvent être générées par le service RH ou le service achats.

De la même manière, le service de production génère et a besoin d’informations pour faire sa planification stratégique de la production, les fournisseurs génèrent également des informations vers l’organisation de la même manière, les clients en retour à l’organisation avec des informations.

Toutes ces informations ne sont pas exactement très utiles pour l’organisation, pour cela il est nécessaire qu’il y ait un moyen de les déboguer et en même temps un moyen de s’assurer que les informations appropriées sont traitées, pour cela les audits avec lesquels elles sont recherchés sont utilisés et s’assurent que l’organisation gère correctement ses systèmes d’information.

Les systèmes d’information seront alors la partie fondamentale de cet article ainsi que les audits qui leur sont réalisés, dans cet article ces sujets seront abordés entre autres pour comprendre ce qu’est un audit des systèmes d’information de l’organisation.

Définitions :

«Un système d’information (SI) est un ensemble d’éléments orientés vers le traitement et l’administration de données et d’ informations, organisés et prêts pour une utilisation ultérieure, générés pour couvrir un besoin ou un objectif. »

Ces éléments feront partie de l’une des catégories suivantes:

  • Gens;
  • Activités ou techniques de travail;
  • Données;
  • Ressources matérielles en général (papier, crayons, livres, chemises, etc.). Ces activités de collecte et de traitement de l’information étaient des activités manuelles et ce n’est qu’avec l’arrivée de la technologie (ordinateurs, Internet, etc., qu’elles sont devenues des systèmes avec des ressources informatiques et de communication).

De la même manière, nous avons le terme audit  vient du verbe latin audire, qui signifie “ entendre ”, qui à son tour a son origine dans les premiers auditeurs qui ont exercé leur fonction jugeant la véracité ou la fausseté de ce qui a été soumis à leur vérification, principalement en regardant. Cependant, on dit aussi qu’il vient du verbe anglais to audit, qui signifie «revoir» ou «intervenir».

«C’est l’action de vérifier qu’un certain fait ou circonstance se déroule comme prévu, mais si l’on parle de l’audit dans une organisation, cela  fait référence aux tests effectués sur les informations financières, opérationnelles et / ou  administratives basées sur la conformité avec des obligations légales ou fiscales, ainsi que les politiques et directives établies par l’entité elle-même en fonction de la manière dont elle fonctionne et est administrée. »

Le but d’un audit est de certifier la fiabilité des états financiers pour les utilisateurs, pour lesquels l’auditeur doit concevoir et appliquer des procédures qui l’aident à obtenir les informations appropriées, puis à dégager des conclusions raisonnables et à émettre une opinion indépendante sur la présentation. chiffres qui apparaissent dans ces États.

Activités de base d’un système d’information

1.Composants de base d’un système d’information.

Un système d’information doit être conforme aux composants de base suivants interagissant les uns avec les autres:

  • Le matériel, l’équipement physique utilisé pour traiter et stocker les données,
  • Les logiciels et procédures utilisés pour transformer et extraire les informations,
  • Les données représentatives des activités de l’entreprise,
  • Le réseau qui permet le partage des ressources entre les ordinateurs et les périphériques, les personnes qui développent, entretiennent et utilisent le système.

Les systèmes d’information sont une combinaison de trois parties principales: les personnes, les processus commerciaux et les équipes de technologie de l’information.

2.Facteurs de l’environnement d’un système d’information.

Un système d’information contient des informations sur une organisation et son environnement. Dans cet environnement se trouvent des clients, des fournisseurs, des concurrents, des actionnaires et des agences de régulation qui interagissent avec l’organisation et ses systèmes d’information.

Par exemple, dans une raffinerie de pétrole, des capteurs électroniques connectés à des ordinateurs sont utilisés pour surveiller en permanence les processus chimiques et effectuer des ajustements en temps réel qui contrôlent le processus de raffinage. Un système de contrôle de processus comprend toute une gamme d’équipements, de programmes informatiques et de procédures d’exploitation.

3. Systèmes de collaboration commerciale.

Les systèmes de collaboration d’entreprise (ERP) sont l’un des types de systèmes d’information les plus utilisés. Ils aident les dirigeants d’une entreprise à contrôler le flux d’informations dans leurs organisations.

Il s’agit de l’un des types de systèmes d’information qui ne sont pas spécifiques à un niveau particulier de l’organisation, mais qui fournissent un soutien important à un large éventail d’utilisateurs. Ces systèmes d’information sont conçus pour prendre en charge les tâches de bureau telles que les systèmes multimédias, les e-mails, la vidéoconférence et les transferts de fichiers.

4. Systèmes d’information de gestion.

Les systèmes d’information de gestion (SIG) sont un type de systèmes d’information qui collectent et traitent des informations provenant de différentes sources pour aider à la prise de décision concernant la gestion de l’organisation.

Les systèmes d’information de gestion fournissent des informations sous forme de rapports et de statistiques. Le niveau suivant de la hiérarchie organisationnelle est occupé par les gestionnaires et les superviseurs de bas niveau. Ce niveau contient les systèmes informatiques destinés à aider la direction opérationnelle dans la supervision et le contrôle des activités de traitement des transactions qui ont lieu au niveau administratif.

Les systèmes d’information de gestion utilisent les données collectées par le TPS pour fournir aux superviseurs les rapports de contrôle nécessaires. Les systèmes d’information de gestion sont les types de systèmes d’information qui prennent les données internes du système et les résument dans des formats utiles tels que des rapports de gestion à utiliser pour soutenir les activités de gestion et la prise de décision.

5. Systèmes d’aide à la décision.

Un système d’aide à la décision ou système d’aide à la décision (DSS) est un système informatisé destiné à être utilisé par un gestionnaire particulier ou par un groupe de gestionnaires à n’importe quel niveau organisationnel pour prendre une décision.  Les systèmes d’aide à la décision sont un type de système d’information organisationnel informatisé qui aide le gestionnaire dans la prise de décision lorsqu’il a besoin de modéliser, formuler, calculer, comparer, sélectionner la meilleure option ou prédire des scénarios.

Les systèmes d’aide à la décision sont spécifiquement conçus pour aider l’équipe de direction à prendre des décisions dans des situations où il existe une incertitude quant aux résultats ou conséquences possibles. Aidez les gestionnaires à prendre des décisions complexes.

6. Systèmes d’information exécutifs.

Les systèmes d’information de direction (SIE) fournissent un accès rapide aux informations internes et externes, souvent présentées sous forme graphique, mais avec la possibilité de présenter des données de base plus détaillées si nécessaire. Les systèmes d’information de direction fournissent des informations critiques à partir d’une grande variété de sources internes et externes dans des formats faciles à utiliser pour les cadres et les gestionnaires.

Un système d’information de direction fournit aux cadres supérieurs un système pour aider à prendre des décisions stratégiques. Il est conçu pour générer des informations suffisamment abstraites pour présenter l’ensemble des opérations commerciales dans une version simplifiée pour satisfaire la direction.

Lignes directrices de base pour le développement d’un système d’information pour une organisation.

Les lignes directrices de base pour le développement d’un système d’information pour une organisation sont les suivantes:

  • Codage: l’algorithme étant déjà conçu, il est réécrit dans un langage de programmation établi (programmation) à l’étape précédente, c’est-à-dire en codes que la machine peut interpréter et exécuter.
  • Connaissance de l’organisation: analyser et connaître tous les systèmes qui font partie de l’organisation, ainsi que les futurs utilisateurs du système d’information. Dans les entreprises (but actuel de profit), les processus d’affaires et les processus transactionnels que le SI soutiendra sont analysés.
  • Déterminer les besoins: ce processus est également appelé élicitation des exigences. Dans celui-ci, nous procédons à l’identification des informations pertinentes pour le système d’information qui seront proposées à travers une méthode de collecte d’informations (celle qui convient le mieux à chaque cas).
  • Diagnostic: dans cette étape, un rapport est préparé mettant en évidence les aspects positifs et négatifs de l’organisation. Ce rapport fera partie de la proposition de système d’information et sera également pris en compte lors de la conception.
  • Conception du système: une fois le projet approuvé, la conception logique du système d’information commence; Il comprend: la conception du flux d’informations au sein du système, les processus qui seront exécutés au sein du système, le dictionnaire de données, les rapports de sortie, etc. Dans cette étape, il est important de sélectionner la plate-forme sur laquelle le SI sera pris en charge et le langage de programmation à utiliser.
  • Identification des problèmes et des opportunités: la deuxième étape consiste à sonder les situations de l’organisation et à partir desquelles un avantage concurrentiel peut être obtenu (par exemple: une entreprise avec un personnel formé à la gestion informatique réduit le coût de la formation des utilisateurs), ainsi que comme des situations désavantageuses ou des limitations qui doivent être surmontées ou prises en compte (Par exemple: le bâtiment d’une entreprise qui a un très petit espace et ne permettra pas l’installation de plus de deux ordinateurs).
  • Mise en œuvre: cette étape comprend toutes les activités nécessaires à l’installation du matériel informatique, des réseaux et à l’installation de l’application (programme) générée lors de l’étape de codage.
  • Maintenance: processus de retour d’expérience, par lequel la correction, l’amélioration ou l’adaptation du système d’information déjà créé peut être demandée à un autre environnement de travail ou plateforme. Cette étape comprend le support technique préalablement convenu.
  • Proposition: disposant déjà de toutes les informations nécessaires sur l’organisation, il est possible de préparer une proposition formelle adressée à l’organisation où elle est détaillée: le budget, la relation coût-bénéfice et la présentation du projet de développement du système d’information.

Qu’est-ce qu’un audit?

La définition de l’audit est basée sur l’examen d’un processus, d’un mécanisme ou d’un secteur, pour voir quelle est sa performance. Les audits ont toujours été considérés comme l’examen et le contrôle de la situation économique de l’entreprise, pour savoir ce qui ne va pas, ce qui va bien et comment il peut être amélioré dans l’un des points clés de l’entreprise. L’audit, s’entend ainsi, comme soumettre les comptes d’une entreprise à un examen pour savoir comment l’entreprise est actuellement afin de savoir où elle doit aller à partir de ce moment.

L’importance de l’audit

Dans de nombreuses occasions, les organisations n’apprécient pas suffisamment la nécessité et l’importance de mener des audits dans les organisations professionnelles. Et l’audit vous permet d’étudier ce que vous faites pour savoir si vous faites bien les choses, si les réglementations légales sont respectées, si vous vous adaptez à l’actualité et aux nouvelles technologies, pour diriger et prendre des décisions qui nous permettent d’ avoir plus de succès. Il est très important pour la direction de l’entreprise, d’avoir des informations fiables qui permettent d’analyser et d’évaluer les étapes à suivre.

De plus, la maîtrise de notre gestion organisationnelle peut nous aider à éviter plus d’un casse-tête en référence aux aspects juridiques. Parfois, nous pouvons commettre des erreurs qui peuvent être considérées comme de la fraude, ce qui peut entraîner de lourdes pénalités et amendes. Par exemple, si nos comptes ne reflètent pas la réalité de l’entreprise, si nos ordinateurs n’ont pas les licences nécessaires pour être utilisés, si nos machines ne sont pas conformes à la réglementation, nous pouvons avoir des problèmes avec la loi.

Techniques d’audit
Il existe différentes techniques d’audit qui permettent d’analyser un processus ou un élément de l’entreprise de différentes manières. Il repose sur des méthodes par lesquelles l’auditeur obtient les éléments probants pour réaliser le rapport d’audit, dans lequel le résultat de l’audit sera reflété.

Etude générale: avec cette technique, les caractéristiques les plus générales et les plus remarquables de l’entreprise sont observées, qui seront ensuite approfondies dans l’étude.
Analyse: la technique d’analyse est basée sur le regroupement de différents éléments sur un même compte.

Il existe deux types:

  • Analyse du mouvement
  • Analyse de l’équilibre

Recherche: consiste à collecter les informations nécessaires à travers des entretiens avec les salariés de l’entreprise.
Certification: elle est basée sur la saisie des déclarations obtenues par la recherche.
Vérification: consiste en la vérification des faits de l’entreprise à travers la documentation de l’entreprise.
Événements ultérieurs: ce sont les examens qui sont effectués après que le solde a été fait mais avant l’envoi des états financiers pour vérifier que tout est correct
Contrôle: cette technique repose sur la corroboration physique de certains produits, biens matériels, documents, opérations effectuées.
Confirmation: il est confirmé que les données trouvées dans les registres comptables sont correctes et qu’elles coïncident avec les faits constatés par l’auditeur.
Observation: consiste à voir physiquement différentes situations et événements pour voir si les modèles de comportement établis sont respectés. Il est utilisé pour voir comment fonctionnent les processus de production.
Calcul: il s’appuie sur la revue des opérations arithmétiques des comptes et de certaines opérations pour vérifier si les résultats obtenus à partir du calcul sont raisonnables.
Types d’audit.
Il existe différents types d’audits, en voici quelques-uns:

  • Audit de communication: il s’agit d’un audit réalisé par un professionnel, expert en communication et image, sur l’état de la communication interne et externe d’une organisation.
  • L’audit des états financiers: est celui réalisé par un professionnel, un expert de l’audit qui procède à l’examen des états financiers appelés comptables dans certains pays – d’une entité ou entité, afin d’émettre une opinion indépendante sur le respect desdits états. Normes internationales d’information financière ou autres réglementations applicables conformément à une législation ou à des directives spécifiques en fonction de l’activité du sujet audité.
  • L’audit administratif: c’est la technique de contrôle administratif qui examine – systématiquement et globalement – le degré d’efficacité dans l’application du processus administratif aux différentes fonctions d’une entité, ainsi que la manière dont cette efficience influe sur leur efficacité.
  • Audit énergétique: inspection, étude et analyse des flux d’énergie dans un bâtiment, un procédé ou un système dans le but de comprendre l’énergie dynamique du système étudié.
  • Audit juridique: celui réalisé par un professionnel du droit, doté de capacités et d’expérience, qui procède à l’examen, à l’examen et à l’évaluation des résultats d’une direction spécifique ou générale d’une institution ou d’un organe, dans le but de les informer ou de les statuer, réaliser les observations et recommandations pertinentes pour améliorer leur efficacité et leur efficience dans leurs performances.
  • Audit informatique: processus de collecte, de regroupement et d’évaluation des éléments de preuve pour déterminer si un système d’information protège le bien. En outre, il maintient l’intégrité des données, réalise efficacement les objectifs de l’organisation et utilise les ressources de manière efficace.
  • Audit Web: processus dont la performance conduit à un rapport de vulnérabilités, risques, failles de sécurité potentielles, analyse des performances et des temps de chargement, efficacité du code, etc. d’une page Web.
  • Audit environnemental: quantification des réalisations et de la position environnementale d’une organisation.
  • Audit social: processus qu’une entreprise ou organisation met en œuvre pour présenter un équilibre de son action sociale et de son comportement éthique.
  • Audit de sécurité des systèmes d’information: analyse et gestion des systèmes pour identifier puis corriger les différentes vulnérabilités pouvant survenir lors d’une revue exhaustive des postes de travail, des réseaux de communication ou des serveurs.
  • Audit innovation: processus d’obtention d’informations sur la situation actuelle de l’entreprise face à l’innovation.
  • Audit politique: revue systématique des processus et activités, orientés idéologiquement, de la prise de décision par un groupe pour atteindre certains objectifs, au bénéfice de tous.
  • Audit électoral: celui réalisé aux systèmes électoraux des différents pays à système démocratique et ils sont réalisés pour donner fiabilité et transparence au système.
  • Audit d’accessibilité: revue de l’accessibilité d’un site web par un expert.
  • Audit de marque: méthodologie pour mesurer la valeur d’une marque.
  • Audit du code d’application: processus d’examen du code d’une application pour détecter les erreurs au moment de la conception.
  • Audit Sarbanes-Oxley ou audit SOx: la revue est réalisée sur les cabinets d’audit des sociétés cotées, conformément aux dispositions de la loi Sarbanes-Oxley.
  • Audit scientifique et technique: réalisé auprès d’institutions en charge de la recherche scientifique et technique dans les différents domaines du travail humain.
  • Audit pharmaceutique: vérifier que la livraison des médicaments aux clients a été correcte.
  • Audit médico-légal: lorsque les données historiques et les documents des entreprises sont examinés et comparés afin de détecter principalement des fraudes, des vols, des astuces fiscales, des astuces comptables ou toute autre situation anormale dans laquelle les intellectuels et matériels impliqués dans l’événement sont enquêtés; des estimations monétaires des chiffres détournés sont régulièrement effectuées.

Audit Prévention: c’est le seul outil permettant de contrôler la conformité effective des activités de prévention menées par les entreprises, qu’elles assument la prévention ou qu’elles la sous-traitent partiellement ou totalement.

Types d’audits de prévention.
Audit réglementaire ou légal.
Audit de certification Ohsas 18001.
Audit volontaire.
Audit interne Ohsas 18001.
Audit continu.
Audit diagnostique préliminaire.
Audits spécifiques.
Audit des systèmes d’information.

 l’audit des systèmes d’information est le suivant:

«C’est le processus (et les méthodes et techniques utilisées) pour découvrir, contrôler et évaluer les flux d’informations et les ressources d’une organisation, tant internes qu’externes. Son objectif est de développer la gestion de l’information dans l’organisation »

Caractérisation

L’audit des systèmes d’information est défini comme tout audit qui englobe l’examen et l’évaluation de tous les aspects (ou de toute partie de ceux-ci) des systèmes de traitement automatisé de l’information, y compris les procédures non automatisées qui y sont liées et les interfaces correspondantes.

Il permet d’avoir une compréhension générale du fonctionnement et des caractéristiques du système, avant qu’il ne soit soumis à des évaluations d’utilisabilité.

Évaluations des éléments : les ressources d’information, les utilisations que peuvent faire le système, les flux d’informations, les caractéristiques de support et les types d’interactions qui permettent au système, entre autres.

objectif

L’objectif est de s’assurer que l’information qui fait circuler le système est la plus appropriée pour l’organisation. Grâce à l’audit des informations, il est prévu que l’organisation accepte que les informations pertinentes vous soient données, réduisant le silence (afin d’obtenir les informations pertinentes) et le bruit (obtenir les informations qui ne sont pas pertinentes). Et les requirements d’information de l’organisation (c’est-à-dire du information dont il a besoin pour fonctionner correctement).

l’audit d’information doit:

Identifier les ressources d’information (IR).
Identifier les besoins d’information.
Identifiez les flux et les processus.
Identifiez les coûts et les avantages de la RI.
Identifier les opportunités d’utilisation des RI.
Intégrez la RI aux objectifs de l’organisation.

Évaluer la conformité aux réglementations existantes sur les informations et leur utilisation.
Solutions

L’audit d’information aidera à identifier:

Duplicités: Au sein d’une même organisation, les mêmes informations sont parfois créées et stockées indépendamment.
Lacunes: le fait de ne pas partager les informations produit des lacunes qui menacent le bon fonctionnement de certaines unités commerciales au sein de l’organisation.
Incohérences: conserver les mêmes informations de manière indépendante peut conduire à des informations contradictoires. (Tramullas, 2018)
Processus d’audit du système d’information
(Lardent, 2011) propose un modèle d’audit des systèmes d’information, le modèle comprend neuf étapes:

1.Planification de l’audit. La première étape pour effectuer un audit est la planification, dans cette phase, il sera décidé quel secteur sera audité et la stratégie à utiliser sera décidée, en plus toutes les informations possibles sur le système à évaluer seront collectées.
2.Évaluation globale des risques. Une fois le domaine ou le système à auditer défini et avec toutes les informations pertinentes, tous les risques possibles pouvant survenir lors de l’audit sont pris en compte.
3.Développement d’un programme d’audit. Dans cette étape, les étapes à suivre pour réaliser l’audit seront définies, c’est-à-dire la méthodologie à appliquer.
4.Objectifs et procédures. Il est important de définir quels seront les objectifs qui seront recherchés lors de la réalisation de l’audit, en plus d’une stipulation claire des procédures à appliquer lors de l’audit.
5.Examen des preuves. Dans cette étape, toutes les preuves obtenues à partir du système évalué seront analysées, les procédures précédemment stipulées pour le traitement et la documentation des preuves seront développées.
6.Localisation des forces et faiblesses. Une fois les preuves analysées, les forces et les faiblesses du système sous son contrôle seront déterminées.
7.Préparation du rapport. Dans cette étape, les points à prendre en compte dans le rapport seront déterminés, ainsi que la manière dont il sera préparé; Il est important de mentionner que ce rapport doit être rédigé de manière claire et simple afin qu’il puisse être compris par l’ensemble du personnel impliqué dans le secteur audité.
8.Préparation du rapport de la haute direction. Lors de la préparation et du développement du rapport sur la permanence des seniors, les informations compétentes pour ce niveau hiérarchique de l’organisation doivent être prises en compte.
9.Suivi des actions. Une fois les rapports de l’audit correspondant émis et complétés, un suivi des actions correctives à mettre en œuvre doit être réalisé.

Méthodologies d’audit des informations.

À l’heure actuelle, il n’y a pas de méthodologie standard pour effectuer un audit d’information, mais une série d’activités et de techniques peuvent être développées qui peuvent aider à les réaliser:

Inventaire physique: c’est le processus d’identification et de catégorisation des ressources d’information de manière systématique. De cette manière, un instantané de ce que l’organisation possède en termes de ressources d’information est fourni à un moment donné.

Cartographie de l’information :  c’est une manière graphique de représenter les ressources d’information dans l’organisation et les interrelations entre elles. La carte des ressources indique dans quelle mesure les ressources informationnelles sont basiques, comment elles sont positionnées (géographiquement, départementalement, d’un point de vue technique), comment elles interagissent, qui les utilise, qui en est responsable, etc.
Analyse des besoins d’information: son objectif principal est de déterminer quelles informations sont nécessaires aux employés et à la direction de l’organisation pour développer leurs rôles et atteindre les objectifs.
Diagrammes de processus et de flux de travail: les diagrammes de processus ainsi que les flux de travail peuvent être un bon outil de travail dans le domaine des audits d’informations.
Processus de contrôle et de vérification : dans un audit d’information, les processus de contrôle et de vérification doivent également être établis.
Le résultat de ces processus peut consister en un rapport ou même un certificat qui confirme que tout est correct ou qui comprend des recommandations d’amélioration. Il ne faut pas oublier que la carte des ressources d’information, ou carte des documents, peut être l’un des principaux résultats du processus d’audit de l’information.

Dans le cas de la carte des documents, elle détaille quels documents sont au sein de l’organisation, à quels types de fonctions ils sont liés et auxquels ils répondent, qui a la responsabilité et l’accès à ces documents, dans quel support sont-ils disponibles, où et comment sont accessibles. et quelle relation ou niveau d’intégration ils entretiennent avec le reste des systèmes d’information de l’organisation. Il établit également l’emplacement de tous les documents dans les normes et procédures de l’organisation.

Éléments d’un audit d’information

L’audit informationnel doit relier ce qui se trouve aux objectifs de l’organisation, ainsi que les relier à la culture organisationnelle, en plus d’aider à décider comment l’organisation doit développer une politique d’information.

Avec l’audit, il s’agit de faire un diagnostic des carences de la situation actuelle, qu’il s’agisse de duplication d’informations telles que l’absence de celles-ci, la sous-utilisation des ressources, l’incompatibilité et / ou l’obsolescence des systèmes, les carences de formation au sein du groupe de membres. de l’organisation, des besoins extraordinaires de ressources et un personnel insuffisant.

Les éléments qui devraient constituer un audit d’information sont:

  • Identification des ressources et des flux d’informations.
  • Évaluation de l’utilisation efficace des technologies de l’information
  • Contrôle et rationalisation des coûts.
  • Commercialisation de l’unité et de ses produits d’information.
  • Conception des tâches des personnes qui travaillent avec les informations au sein de l’unité. (ecured.cu, 2018)
  • Rapports d’audit
  • Tous les audits doivent se terminer par un suivi ultérieur, les actions à mettre en œuvre pour apporter les changements appropriés et principalement par un rapport correct. Ce document doit contenir les conclusions tirées, l’opinion personnelle de l’auditeur sur le fonctionnement de l’organisation, les preuves trouvées afin de déterminer dans le rapport les forces et les faiblesses de l’entreprise ou dans ce cas les systèmes d’information.
  • Les rapports d’audit constituent l’un des produits physiques qui sont livrés à la direction de l’organisation évaluée, dans ce document les observations et recommandations trouvées sont transférées. Les rapports peuvent être classés dans les catégories suivantes:

Rapport sans réserve

Ce rapport est établi lorsque l’auditeur n’a enregistré aucun problème ou anomalie, c’est-à-dire que les systèmes d’information fonctionnent correctement. Les systèmes d’information remplissent des fonctions acceptables à leurs fins.

Rapport avec réserves

Ce rapport est fait lorsque les systèmes d’information sont conformes aux normes générales acceptées, cependant un point d’exception est exposé qui doit être pris en considération, car il représente un certain risque pour l’organisation.

Rapport avec avis défavorable

Ce rapport n’est pas couramment utilisé, mais il est présenté lorsque les systèmes évalués ne sont conformes à aucune norme ou lorsqu’il existe des faiblesses significatives dans les procédures de contrôle.

Rapport sans avis

Ce rapport est émis lorsque l’auditeur n’émet aucun point de vue, le périmètre prévu étant limité ou très court, ce type de rapport n’inclut pas d’informations spécialisées, il est fait de manière à être facilement compréhensible.

conclusion

Comme on peut le voir dans l’article, des audits des systèmes d’information sont nécessaires pour pouvoir filtrer toutes les informations qui arrivent ou sont produites au sein de l’organisation, puisque celles-ci peuvent provenir des clients, des fournisseurs, des services ou des concurrents.

Dans ce cas, l’audit des systèmes d’information permet aux organisations de connaître et de prendre conscience de la manière dont elles travaillent par rapport à l’information et par conséquent aux connaissances.

En outre, les audits des systèmes d’information permettent également de détecter les domaines dans lesquels l’information est produite et également dans ceux dans lesquels elle n’est pas correctement traitée ou exploitée, cela permettra d’établir une stratégie ou une politique de gestion de l’information appropriée.

les besoins et les objectifs de l’organisation.

Avec l’audit des systèmes d’information, l’organisation saura quelle information critique est celle qui aidera à atteindre les objectifs, pour pouvoir la diffuser et la partager entre les membres de l’organisation et enfin avec la gestion des connaissances qu’elle pourra pour augmenter sa compétitivité.

Source : Gestiopolis

No Comments

Post A Comment